Home » Départements » Hist-Géo.et Ed.Civique » Présentation

Présentation

I-         Les fondamentaux de notre travail

 

  1 -     L'enseignement de l'histoire. 

  • L'exigence primordiale de l'enseignement historique est l'acquisition, par les élèves, d'une notion aussi claire que possible, de la durée et de son rythme, car l'histoire s'articule sur une trame événementielle que nul ne peut ignorer. L'enseignant doit leur apprendre à manier les différentes valeurs du temps en histoire et leur introduire la notion de présent dans le passé.  Tout est vain si l'élève ne comprend pas que chaque instant du passé fut vécu en tant que présent. 
  • L'un des points les plus importants de l'enseignement historique est d'être confié au même enseignant que l'enseignement géographique. De ce fait, l'enseignant d'histoire doit familiariser ses élèves avec les notions fondamentales d'espace, de position et d'adaptation au milieu, qui interviennent en histoire autant qu'en géographie. Il doit montrer le caractère historique de l'espace et de la position aussi bien que le poids de l'espace et de la position en histoire.

L'unité pédagogique de l'histoire et de la géographie prend toute sa valeur avec l'intégration de l'histoire dans la géographie. 

  • Ce sont les méthodes qui confèrent à l'enseignement historique sa valeur éducative. L'histoire doit être enseignée comme une science et l'élève ne doit plus rester cantonné dans un apprentissage mémorisé car il n'y a de savoir que construit.

L'enseignement historique s'occupe du passé qui est une suite d'évènements qui  forment une chaîne causale qu'il s'agit de reconstituer, et le passé explique ainsi le présent.

Cet enseignement se centre sur une relation, présent-passé-présent, qui donne les moyens d'une histoire dont l'objet est l'étude et l'invention des concepts. C'est au prix d'un effort de problématisation que l'enseignant peut cerner les concepts-clefs qui donnent un sens à l'histoire. Il peut en dégager ainsi des concepts interdisciplinaires qui, maîtrisés par l'élève, peuvent être réintroduits dans d'autres situations.

L'enseignement historique établit des ponts entre les différentes disciplines pour en atténuer le cloisonnement. 

  • L'enseignement de l'histoire doit jouer son rôle dans l'évolution des mentalités à partir de trois ruptures essentielles:

 -  La fin de l'histoire – récit qui favorise la passivité intellectuelle des élèves. L'histoire doit être une reconstruction menée par eux.

 -  L'histoire doit se faire reconnaître comme une science organisée par des concepts qui permettent aux élèves de faire le lien avec le présent.

 -  Lancer des situations de recherche qui aident à former la pensée des élèves. 

 

II -      Les fondements de l'enseignement géographique 

  • Les problématiques de la géographie "actuelle" donnent la priorité aux facteurs humains.

La géographie "actuelle" est l'étude scientifique des modes d'utilisation et de transformation d'un espace par les sociétés humaines.  

  • L'enseignement de la géographie "actuelle" est scientifique, global, spatial, dynamique et applicable. Il est fondé sur les démarches suivantes : 

-   Partir d'une problématique réelle en réfléchissant aux problèmes posés aux sociétés humaines par l'utilisation de leur espace. L'important est de   "penser  l'espace". 

-   Insister sur les relations et les processus spatiaux. 

-  Pratiquer une géographie globale en cherchant à mettre en évidence  les  multiples relations qui expliquent une situation. 

-   Enseigner une géographie dynamique en insistant sur les mécanismes qui expliquent  l'organisation de l'espace terrestre,en privilégiant les rénovations spatiales et en présentant le tableau le plus actuel des situations et des répartitions. C'est le moyen d'ouvrir les horizons des élèves à la compréhension du monde contemporain. 

-   Pratiquer une géographie active, applicable et utile en demandant aux élèves de proposer des solutions concrètes à des problèmes qui les concernent personnellement. Et ainsi on passera de "penser l'espace" à "agir l'espace".

  

  • Enseigner la géographie c'est "aider les élèves à se poser des problèmes géographiques qu'eux-mêmes devront maîtriser quelques années plus tard en tant que citoyens". 

 

III -    Méthodologie d'apprentissage 

I-          Pour l'histoire au programme libanais: 

C'est toujours l'ancienne méthodologie qui est suivie c-à-d, le professeur explique et l'élève a à comprendre et mémoriser. Mais pour qu'il y ait un minimum d'homogénéité dans le travail, nous essayons de faire inclure dans l'apprentissage, des documents sur lesquels les élèves réfléchissent pour arriver à des conclusions. Les évaluations insistent en grande partie sur ce que l'élève a mémorisé et incluent parfois un document à traiter à la lumière de cette mémorisation.

 

II-        Pour la géographie au programme libanais et l'histoire géographie au programme français, nous avons des compétences que nous avons réduit  à 3 : 

            -  Savoir utiliser un vocabulaire spécifique après acquisition des concepts.

            -  Savoir traiter des documents (textes, cartes, photos, diagrammes, tableaux,...)

            -  Savoir écrire une production autour d'un thème donné.

        Les professeurs font le cours en prenant, comme point de départ, une problématique qu'ils essayent de développer en suivant une progression utilisant différents documents dans les manuels. Les élèves eux-mêmes arrivent aux conclusions en répondant aux questions posées par les différents documents. Une synthèse finale attire la cohésion du cours, répond à ses objectifs et résoud la problématique posée.

           Les évaluations sont faites à partir de documents proposés aux élèves qui doivent les traiter à partir de leurs acquisitions pendant le cours, ce qui nécessite moins de mémorisation et plus de réflexion et d'analyse. La mémorisation ne concernant que certains concepts fondamentaux indiqués par le professeur. 

 

 

Christian Hélou

Chef de département