Lettre du Supérieur - Décembre 2020

Wednesday, December 23, 2020

Décembre 2020

 

"…Que de pères, de mères, de grands-pères et de grands-mères, que d’enseignants montrent à nos enfants, par des gestes simples et quotidiens, comment affronter et traverser une crise en réadaptant les habitudes, en levant le regard et en stimulant la prière! Que de personnes prient, offrent et intercèdent pour le bien de tous".

Pape François

Chers parents,

J’ai voulu commencer mon message de Noël par cet extrait de la lettre apostolique Patris Corde du Saint-Père François à l’occasion du 150ème anniversaire de la déclaration de Saint Joseph comme patron de l’Eglise Universelle. Dans cette lettre, le Saint Père nous rappelle que "nous pouvons tous trouver en Saint Joseph l’homme qui passe inaperçu, l’homme de la présence quotidienne, discrète et cachée, un intercesseur, un soutien et un guide dans les moments de difficultés". L’Eglise nous demande, aujourd’hui plus que jamais, d’accueillir, à l’exemple de Joseph, dans la foi et la sérénité, la naissance de Jésus et à répéter avec les anges "Alléluia, un Sauveur nous est né !"

Cette année scolaire a commencé en nous lançant des défis importants et, de ce fait, notre parcours a été semé d’embûches : assurer un enseignement qualitatif, adapter les programmes aux modalités des cours en ligne et surtout former les professeurs à de nouveaux outils pédagogiques. La plupart de ces contraintes dépendent du service Informatique IT dont le système, suite à des circonstances tragiques, est resté bloqué plus de 2 mois. Il nous a fallu faire face et agir : récupérer les données nécessaires pour le redémarrage de l’opérateur informatique du Collège ; en parallèle, les membres du corps éducatif ont suivi, au SGEC, des formations afin de pouvoir passer du programme Zoom à la plateforme Microsoft Teams qui est plus performante et couvre plus d’options au  niveau éducatif. Ce passage a retardé un peu le début des cours chez les plus petits mais l’application par la suite a été très honorable. Au niveau administratif, nous avons dû prendre des décisions, sur le champ, et puis en prendre d’autres aussitôt après. Il y a eu des moments de confusion, oui. Mais nous n’en sommes que partiellement responsables. Les décisions ministérielles qui doivent constituer, en principe, une référence changeaient du jour au lendemain. L’installation de moyens techniques relevant de la télécommunication  en vue d’optimiser au maximum la diffusion synchrone des cours (mise en place d’un Très Haut Débit dans les fibres optiques (fiber optics) permettant d'assurer un enseignement hybride mixte) s’avère très onéreuse et se heurte à la lenteur dans la bureaucratie des instances concernées (Ogero). Au niveau du système éducatif, aucune politique claire n’apparait complètement adaptée, face à la pandémie qui sévit dans le monde entier. Nous avons essayé d’aménager le mieux possible en attendant d’arriver au mieux, tout court. Actuellement, par souci de performance, des sessions et des ateliers de travail sont planifiés pour assurer aux enseignants une maitrise supplémentaire des options proposées par la plateforme Microsoft Teams, notamment en ce qui concerne les évaluations. Certes, la stratégie de passation des évaluations en présentiel est maintenue vu l’intérêt qu’elle assure au niveau de la fiabilité des résultats et de la pertinence du suivi qui en découle. Mais comme il faut être prêt à n’importe quelle situation, le Collège cherche à établir des modes d’action quel que soit le scénario envisagé. Je tiens ici, à remercier les professeurs qui ont fait de grands efforts pour adapter leurs pratiques aux contraintes de l’enseignement en ligne ; les coordonnateurs qui ont mis en place une nouvelle répartition des compétences à travailler dans chaque classe et ont veillé à assurer une variété d’outils pédagogiques favorisant l’acquisition des notions ; les responsables des cycles qui font le suivi nécessaire ; les parents qui accompagnent leurs enfants au prix de beaucoup de sacrifices vu le temps et la mobilisation que demande l’accompagnement pédagogique, notamment dans les plus petites classes ; et surtout les élèves qui sont les acteurs principaux de ce changement et qui, par leur travail, montrent, encore une fois, que le seul espoir pour notre pays, c’est sa jeunesse. En effet, si le Liban connait aujourd’hui, une crise sans précédent et que tous les secteurs en souffrent, il n’en demeure pas moins que son système éducatif reste son point fort. Pour cela, il suffit de lire les rapports qui mettent en avant, quotidiennement, les problèmes des niveaux éducatifs en Europe, aux Etats-Unis et même partout dans le monde ; et d’observer en parallèle la performance exceptionnelle des étudiants Libanais à l’Etranger. A cet égard, les vacances de Noël sont largement méritées : profitons de cette pause pour nous ressourcer spirituellement et socialement, évidemment dans le respect des normes sanitaires exigées. 

Je voudrais aussi, par le biais de cette lettre, remercier ceux qui, parmi vous, se sont acquittés de leurs devoirs vis-à-vis du Collège. Je rappelle que la continuité, en ces circonstances difficiles, dépend de notre partenariat, Direction, Corps Educatif et Parents. Le paiement des scolarités permet au Collège de s’acquitter, de son côté, de ses devoirs vis-à-vis des membres du corps éducatif. Les temps sont durs, mais nous sommes tenus d’assumer nos choix : en inscrivant son enfant à la Sagesse Brasilia, on a fait un choix libre et on doit en assumer les conséquences. La Sagesse Brasilia est aussi fière de ses élèves qu’ils le sont d’elle. Mais pour continuer, l’établissement a besoin d’argent ; l’intérêt commun exige donc que chacun s’acquitte de ses devoirs. Le Collège réalise les difficultés vécues par beaucoup de familles. L’année passée, le Service Social a accordé des déductions et des aides sociales consistantes. Ainsi la somme des aides sociales accordées pour l’année scolaire 2019-2020 s’élève à 2.031.669.250 Livres Libanaises. De plus, Son Excellence Mgr Paul Abdel Sater Archevêque maronite de Beyrouth, a déduit le 3e versement pour toutes les familles. Cette décision courageuse et inédite alors, avec tous les sacrifices qu’elle induit, a concrétisé la volonté de Son Excellence de garder "les portes de la Sagesse ouvertes pour tous". Mais Mgr Abdel Sater a bien insisté sur l’importance de la performance en ce qui concerne toutes les nouveautés pédagogiques et la qualité de l’enseignement à inculquer. La Sagesse est une école catholique non gratuite qui doit subvenir aux besoins de ceux qui assurent son fonctionnement, aujourd’hui et les années à suivre.

Pour cette année 2020-2021, à part les aides accordées par le Service Social, certaines familles ont bénéficié des sommes accordées par le gouvernement français. En effet, suite à la crise économique qui sévit dans le pays, la République Française a mis en place un soutien exceptionnel pour financer des aides aux familles des élèves non français inscrits dans les établissements homologués par le ministère de l’éducation nationale, en consacrant une somme qui sera déduite des frais de scolarité de leurs enfants. A Brasilia, 570 demandes d’aides ont été présentées.  Le Collège a fourni toutes les informations nécessaires à chaque dossier en précisant les difficultés rencontrées par chaque famille. L’Ambassade de France a traité les dossiers présentés par l’établissement avec la plus grande rigueur et attention. Par la suite, l’Ambassade a validé 378 demandes nominatives (5 millions de L.L. pour chaque famille). Une fois la liste des bénéficiaires envoyée au Collège, la Direction a adressé une lettre à l’Ambassade de France réclamant la révision des dossiers refusés. La réponse par l’Ambassade a été la suivante : "Les dossiers ont été passés au crible de dix critères mais les crédits étant limités, ils ont dû être dirigés vers les familles qui avaient rendu les dossiers complets et qui avaient fourni toutes les pièces permettant de justifier qu’elles étaient les plus nécessiteuses au regard de l’ensemble des critères. Il s’agit d’une aide d’urgence, non d’une bourse. Les familles étaient bien informées, dans les dossiers qu’elles ont signés, qu’il n’y aurait malheureusement aucune possibilité de recours."

Par ailleurs, cette année scolaire se distingue aussi par le renouvellement du Réseau des Collèges de la Sagesse. Le réseau RCS cherche à faire bénéficier chaque Sagesse du meilleur de chaque pratique. Le partage permet ainsi une variété, une ouverture et un enrichissement pédagogiques des établissements, il assure un niveau digne de l’identité et de l’histoire de La Sagesse et ouvre la voie vers l’avenir.

Finalement, je termine ma lettre, comme je l’ai commencée, par une invitation adressée à chacune et chacun de nous, membres de la famille sagessienne, invitation à garder la foi de Saint Joseph, à ne pas nous soumettre, à ne pas nous résigner, à ne pas rester otages de nous-mêmes et vivre prisonniers d'un cadre contraignant. Joseph est un homme fortement et courageusement engagé.  Il a compris que l’accueil est un moyen  par lequel le don de force qui nous vient du Saint Esprit se manifeste dans notre vie. Seul le Seigneur peut nous donner la force d’accueillir la vie telle qu’elle est, de faire aussi place à cette partie contradictoire, inattendue, décevante de l’existence. Aujourd’hui, alors que notre pays souffre et affronte des complots externes et une crise interne, nous sommes appelés, comme Saint Joseph, à être les témoins de la Bonne Nouvelle, à résister dans la résilience, à ne pas nous soumettre aux difficultés et à garder l’Espérance !

Joyeux Noël et Bonne Année !

Mgr. Antonio Wakim

Vicaire Episcopal pour l’Education

Supérieur